George Sand - Hebergement nature berry Domaine le pre de la Barriere

Domaine le Pré de la Barrière
Aller au contenu
Menu

George Sand

Histoire de George Sand


George  Sand est le pseudonyme d'Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne  Dudevant, romancière, auteur dramatique, critique littéraire française,  journaliste, née à Paris le 1er juillet 1804 et morte au château de  Nohant-Vic le 8 juin 1876.

Elle  compte parmi les écrivains prolifiques avec plus de soixante-dix romans  à son actif, cinquante volumes d'œuvres diverses dont des nouvelles,  des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques.

À  l'image de son arrière grand-mère par alliance qu'elle admire2, Madame  Dupin (Louise de Fontaine 1706-1799), George Sand prend la défense des  femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les  préjugés d'une société conservatrice.

George  Sand a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue  vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode3, par son pseudonyme  masculin, qu'elle adopte dès 18294, et dont elle lance aussi la mode :  après elle, Marie d'Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845),  Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

Malgré  de nombreux détracteurs comme Charles Baudelaire ou Jules Barbey  d'Aurevilly5, George Sand contribue activement à la vie intellectuelle  de son époque, accueillant au domaine de Nohant ou à Palaiseau des  personnalités aussi différentes que Franz Liszt, Frédéric Chopin, Marie  d'Agoult, Honoré de Balzac6, Gustave Flaubert7, Eugène Delacroix,  conseillant les uns, encourageant les autres. Elle a entretenu une  grande amitié avec Victor Hugo par correspondance, ces deux grandes  personnalités ne se sont jamais rencontrées.

Elle  s'est aussi illustrée par un engagement politique actif à partir de  1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de  trois journaux : La Cause du peuple, Le Bulletin de la République,  l'Éclaireur, plaidant auprès de Napoléon III la cause de condamnés,  notamment celle de Victor Hugo dont elle admirait l'œuvre et dont elle a  tenté d'obtenir la grâce5 après avoir éclipsé Notre Dame de Paris avec  Indiana, son premier roman.

Son  œuvre est très abondante8 et la campagne du Berry lui sert souvent de  cadre. Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les  conventions sociales et magnifient la révolte des femmes en exposant les  sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle à l'époque et  qui divisa aussi bien l'opinion publique que l'élite littéraire.

 Puis George Sand ouvre ses romans à la question sociale en défendant  les ouvriers et les pauvres (Le Compagnon du Tour de France) et en  imaginant une société sans classe et sans conflit (Mauprat, 1837 - Le  Meunier d'Angibault, 1845).

Elle  se tourne ensuite vers le milieu paysan et écrit des romans champêtres  idéalisés comme La Mare au diable (1846), François le Champi (1848), La  Petite Fadette (1849), Les Maîtres sonneurs (1853).

George  Sand a abordé d'autres genres comme l'autobiographie (Histoire de ma  vie, 1855) et le roman historique avec Consuelo (1843) où elle brosse, à  travers la figure d'une cantatrice italienne, le paysage artistique  européen du XVIIIe siècle, ou encore Les Beaux Messieurs de Bois-Doré  (1858) qui multiplie les péripéties amoureuses et aventureuses dans le  contexte des oppositions religieuses sous le règne de Louis XIII.

Pour encore plus d'informations sur George Sand , visitez le site internet :

Retourner au contenu